vendredi 3 avril 2015

Tempête, mini-désert nippon et festin gargantuesque


Durant la nuit, une véritable tempête a fait rage, j'avais l'impression d'avoir les bourrasques de vent directement dans la chambre... Les maisons japonaises traditionnelles étant conçues pour rester fraîches en été, l'isolation acoustique est quasi-inexistante :-(.
Réveillé aux aurores, je vais me promener sur la belle plage avoisinante. La tempête est terminée, mais le ciel reste couvert et les prévisions météo ne sont pas très optimistes...

Je prends ensuite congé de mes hôtes et pars pour la gare de Takeno (30 min. à pied). Cette petite bourgade endormie m'a bien plu, beaucoup plus que Kinosaki-Onsen. En été ça doit être vraiment sympa !
De Takeno, je pars en train pour Tottori City, la capitale de la préfecture du même nom. Le trajet est long (que des tortillards) et comporte pas mal de changements. Profitant d'une de ces haltes, j'achète l'Eki-Ben du coin (repas froid complet proposé dans les gares), que je dévore en attendant mon train (trop la dalle, pas eu de petit-déj...). Succulent !


Vers midi, arrivée à Tottori où je prends un bus pour la principale attraction du coin, les dunes de sable. Sur place, il fait un vent à décorner les boeufs et il pleut... Malgré tout, je profite bien de cet endroit impressionnant, de véritables immenses dunes, avec vue sur l'océan.

On ne s'attend pas à voir ce genre de paysage au Japon ! Sur place, je rencontre un jeune japonais originaire de Chiba (province voisine de Tokyo). Entre 2 jobs, il a décidé de voyager dans le sud du Japon. Il n'a strictement rien organisé, il décide au jour le jour où il va se rendre et où il va coucher. C'est pas vraiment ma manière de voyager, mais au fond pourquoi pas !
Après avoir pris un café ensemble, nous retournons en bus à Tottori. Le centre-ville est assez quelconque, celui d'une cité de province moderne, mais sans âme. Le temps toujours aussi pourri ne la rend de toute manière pas très engageante...

Armé d'un parapluie récupéré aux objets trouvés dans une gare, je me balade le long d'une petite rivière bordée de très beaux cerisiers puis vais prendre un café dans la gare en attendant mon train.
Ma destination du jour, Iwami, est une station balnéaire située à 20 min. de Tottori. Vu que ma pension est de nouveau assez loin (plus de 30 min. à pied de la gare), la propriétaire vient me chercher en voiture et décide de me montrer en chemin les plus beaux endroits du coin. La côte est sauvage et magnifique.


Qu'est ce que j'aimerais prendre un masque et des palmes pour aller admirer la faune marine ! Mais bon, il pleut et l'eau doit être à 15°C, donc j'abandonne vite cette idée fantasque :-). La pension est à deux pas de l'océan. L'endroit est immense et ma chambre, bien que d'apparence quelconque, est grande et confortable.

Après un bain régénérateur, je descend dîner, ou plutôt affronter un festin digne de Rabelais ! Sans exagérer il y a à manger pour quatre personnes ! Au menu : poissons et crustacés à faire griller soi-même, sashimi, tempura, ragout de poisson, etc.
Tout est délicieux, digne d'un très bon restaurant. Mais, je n'ai jamais mangé autant de poisson de ma vie en un seul repas ! Heureusement que le bon saké chaud servit avec m'aide à arriver au bout de cette bataille gastronomique ;-).


Aucun commentaire:

Publier un commentaire