samedi 11 avril 2015

Beautés naturelles de Kyushu, rencontre boulôt et festin familial


Frais comme un gardon (de plus en plus dodu :-)), je me lève vers 8h30 et vais déjeuner. Même au petit-déj. il y a à manger pour 4... Tout a l'air très bon, mais je me rédime un peu et vais aider Takayoshi dans le jardin. Ancien ingénieur agronome, Takayoshi est pratiquement autosuffisant au niveau fruits et légumes : il possède deux grands champs de l'autre côté de la route, un où il plante du riz et un autre où il a de nombreux légumes (oignons, poireaux, pommes de terre, salade, etc.). Derrière la maison, poussent naturellement des bambous (une véritable forêt !) dont nous allons "cueillir" ensemble les jeunes pousses. Il ne faut pas attendre, sinon elles deviennent dures et ne sont plus mangeables. En outre, cette récolte très régulière permet d'éviter que la forêt ne gagne trop. Vu la vitesse de croissance du bambou, on a intérêt à être très prudent ! C'est la première fois que je fais ça, c'est marrant et au final pas bien compliqué. Voici ma récolte du jour :


Après cette séquence paysanne, je pars en voiture avec Takayoshi qui me montre les temples et sanctuaires alentours, en m'expliquant en détail la symbolique des bâtiments shinto et bouddhistes.
Chaque élément a une fonction précise. La corde tressée en paille de riz suspendue sur le fronton des bâtiment représente par ex. les nuages, la pluie et le tonnerre, éléments essentiels de toutes formes de culture. Kumiko ne s'intéressant absolument pas à la religion, je n'avais jusqu'à présent jamais eu ce genre d'informations. C'est très instructif et va bien me servir pour le boulôt :-).



Mon cours d'instruction religieuse étant terminé, nous poursuivons notre route jusqu'aux gorges de Kikuchi. Situées dans un parc très ombragé, elles sont en été un lieu de villégiature très couru par les gens de la région. Nous remontons la rivière jusqu'à la première d'une longue série de cascades. L'endroit est sublime, un véritable océan de verdure quasi tropicale traversé par un cours d'eau limpide en furie.


Ensuite, retour dans la voiture et trajet jusqu'au prochain paysage grandiose, un plateau d'où l'on voit une immense plaine avec en fond toute la chaîne du volcan Aso. Selon la légende, ce massif montagneux, appelé Daikanbo, a la forme d'un bouddha couché. Pour ma part, je ne vois pas franchement de bouddha, juste un magnifique panorama et cela me suffit ;-).


Lors de mon dernier séjour à Kyushu (il y a 2 ans), j'avais pu me rendre au bord du cratère principal du mont Aso. J'ai vraiment eu de la chance : depuis maintenant 6 mois, le volcan est en éruption et il est interdit de s'en approcher.
A proximité, nous allons déjeuner dans un resto de nouilles Udon tout en bois. Nous dégustons nos très bons plats en admirant le massif du bouddha couché.

De retour à la maison de Takayoshi, je fais la connaissance de leur fils cadet, Mizuho, qui est venu pour le week-end. Il habite à Fukuoka (plus grande ville de Kyushu à env. 1 heure de route) et travaille pour un des plus grands voyagistes nippons. Nous parlons longuement boulôt, je lui montre mon site et il me donne de nombreux conseils et informations très utiles !

En compagnie de Takayoshi, nous nous rendons ensuite dans un onsen (centre thermal) voisin, très sympa avec plein de lapins en liberté qui courent partout, pour le plus grand plaisir des nombreux enfants présents. Après une séance relaxation bien agréable dans les différents bains et le sauna, nous rentrons à la casa.


Entre temps, un autre cousin de Kumiko, Hikaru, et sa famille sont arrivés et un nouveau festin peut commencer ! Tous les plats sont délicieux, mon hôtesse Kimiko est vraiment une cuisinière hors pair ! Heureusement d'ailleurs qu'il y a beaucoup à manger, car vu les quantités d'alcool que j'ingurgite il vaut mieux éponger.... Sora, le petit fils d'Hikaru, est un vrai clown et le centre de la soirée.


Je passe des moments très agréables et il est près de minuit quand je regagne ma chambre pour sombrer dans un sommeil -légèrement- alcoolisé :-).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire