lundi 6 avril 2015

Royaume des dieux et mouettes pas très rieuses


J'ai enfin bien dormi ! Il fait toujours un temps pourri, mais au moins le vent s'est calmé.
Après un très bon petit-déjeuner dans la belle pièce commune, je pars en bus pour Izumo-Taisha, l'un des plus anciens et des plus importants sanctuaires shinto du Japon (dixit Wikipedia). Une fois par an (au mois d'octobre du calendrier lunaire), ce lieu sacré accueille le rassemblement de tous les dieux du shintoisme. Ces derniers discutent pendant 10 ans des problèmes des simples mortels. Dans toutes les autres provinces japonaises, ce mois est appelé "mois sans dieu". Seulement à Izumo, il porte le nom de "mois des dieux présents", c'est normal ils y sont tous à ce moment là ;-).

Sous une pluie battante, je pénètre dans le royaume des dieux. Au final, le site n'est pas très grand et vu qu'il est interdit de pénétrer dans les demeures des dieux, on ne peut que voir les toits des bâtiments et des cours de gravier. Petite déception... Toutefois, le parc qui abrite les sanctuaires est vraiment très beau, reflétant parfaitement l'esthétique épurée des lieux sacrés du shintoisme. Le temps brumeux renforce également l'atmosphère mystique de cet endroit. Et comme d'habitude sur les sites très connus, c'est en quittant les sentiers battus que l'on découvre les véritables perles.


En bordure du parc, je trouve par hasard un très beau petit sanctuaire, aux lanternes de pierre recouvertes de mousse. L'endroit est paisible, il n'y a pas un chat, le pied !

Ensuite, je visite à proximité le musée du vieux Izumo, qui s'avère très intéressant et instructif. Il renferme entre autres de nombreuses maquettes du site tel qu'il était à sa création au 7ème siècle. A cette époque, le bâtiment principal était beaucoup plus imposant, avec un très long escalier d'accès. Toutefois, selon la tradition shinto, les demeures divines doivent être reconstruites à intervalles réguliers. Il ne reste donc plus rien des bâtiments d'origine. Depuis 1609, cette reconstruction est documentée et a lieu tous les 60 ans.

Après cette leçon d'histoire et de religion, je sors du site sacré et me promène en direction du sud, jusqu'à la gare désaffectée de Taisha. Depuis l'arrêt de la ligne en 1990, l'endroit a été transformé en musée. J'aime beaucoup l'atmosphère de ce lieu, on se croiraît dans un vieux film des années 30. Kumiko adorerait cette gare !


Ensuite, l'estomac dans les talons, je pars à la recherche d'un petit resto sympa. Je trouve mon bonheur pas très loin de l'ancienne gare et déguste dans une vieille demeure retapée des nouilles Udon faites maison accompagnées de champignons shitake cuits dans une sauce au yuzu (sorte de citron vert). Délicieux !!!


Rassasié et heureux, je pars sous la pluie jusqu'à la côte toute proche (1,5 km). Là, je peux contempler sur une plage assez sale le rocher sacré où, en octobre, les prêtres shinto accueillent les dieux pour leur rassemblement annuel.

A part ce rocher bien spectaculaire il n'y a rien d'autre à voir et vu qu'il flotte toujours à torrents, je repars pour le centre d'Izumo-Taisha en passant par de petites ruelles sympa et rentre assez tôt à ma pension, près du cap d'Hino.

Sur place, la pluie a enfin cessé. J'en profite pour visiter le sanctuaire d'Hino, très joli avec ses nombreux bâtiments vermillon.


Ensuite, à proximité du cap, je fais de nombreuses photos de l'île aux mouettes toute proche.

J'essaie de me rapprocher le plus possible de leur repère rocheux, au sommet duquel se trouve une porte shinto Torii, mais les volatils ne sont pas franchement d'accord et commencent en me survoler en grand nombre. Craignant un bombardement de guano ou un coup de bec, je décide de battre en retraite et vais me reposer dans ma chambre :-).

En soirée, de nouveau excellent dîner, encore plus réussi que celui d'hier ! Et vu que demain, je dois prendre un bus de bonne heure, oyasuminasai (bonne nuit).


Aucun commentaire:

Publier un commentaire