dimanche 29 mars 2015

Vieux quartiers, vagabondage gastronomique et enfer des déshérités


Matinée tranquille à trier les premières photos, puis départ pour Osaka où j'ai rendez-vous avec mon amie Tomoko. Nous nous retrouvons pour l'heure du déjeuner à Komagawa-Nakano, au sud-est du centre-ville. Là se trouve une vieille Shotengai (galerie marchande couverte) où j'ai découvert l'an dernier avec Kumiko un snack qui sert de succulents gyoza et chao-mai (différents raviolis chinois).

Après un déjeuner simple, mais divin, nous allons nous balader dans le quartier tout proche d'Hirano, un de mes coins favoris d'Osaka. Au coeur d'une autre Shotengai, je montre à Tomoko un temple que j'ai déjà visité par le passé. Cet endroit assez particulier abrite entre autre un petit musée de l'ère Showa (période de l'après-guerre) avec plein de vieux jouets et une "porte vers l'enfer", attraction très appréciée des enfants.


Ensuite, direction le plein centre-ville d'Osaka, la jungle urbaine de Nanba. Je ne suis pas trop fan de ce quartier ultra-touristique et toujours bondé, mais j'ai besoin de photos typiques pour mon site et Tomoko veut me montrer un coin que je ne connais pas encore, donc nous prenons une bonne inspiration et plongeons dans la cohue...


Au bout de 20 minutes, je commence à pèter un câble à force de me faire bousculer par des mamies coréennes toutes habillées en Kway rose et portant des lunettes de soleil. Nous décidons donc de nous réfugier dans un café de la chaîne Marufuku.
Après ce moment de calme bien appréciable, nous partons en direction du sud. Là, à proximité du zoo de Tennoji (Dobutsuen-Mae), nous cherchons le resto où nous souhaitons dîner, endroit que Kumiko a trouvé sur Internet et qui sert, d'après les blogs culinaires, un ragout d'huitres à tomber par terre !
Le plan que j'ai imprimé est assez peu précis et dès que l'on sort des rues touristiques, le quartier est très glauque, avec pratiquement que des sans-abris assis par terre en train de fumer ou de se saouler. Je n'ai encore jamais vu ça au Japon, on a l'impression de plonger dans un autre monde, de voir l'envers du décor... Après 20 min. à pied dans une atmosphère accablante et sans espoir, nous trouvons enfin le resto recherché. Malheureusement, bien qu'il ne soit que 18h, l'endroit est bondé et il y a au moins 1h30 d'attente :-(.
Nous décidons donc de rebrousser chemin et retournons à Janjan-Yokochô, la partie touristique de Dobutsuen-Mae. Au milieu des nombreux bristos surfaits de Kushikatsu (brochettes), nous trouvons notre bonheur, une Izakaya (bar à tapas) authentique, spécialisée dans les plats de poisson et de crustacés. Tout est délicieux, nous discutons bien avec les autres clients et passons une très bonne soirée.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire